Accueil / News (page 10)

News

L’ancien international ivoirien Lauent POKOU est décédé

Double meilleur buteur de la CAN et vedette du Stade rennais des années 1974-77 et 78-79, l’avant-centre des Eléphants est décédé ce dimanche à Abidjan.

Le football africain est en deuil : l’un de ses enfants les plus espiègles, l’Ivoirien Laurent Pokou, vient de nous quitter ce dimanche à l’âge de soixante-neuf ans. L’ancien grand attaquant du Stade rennais des années 1970 était hospitalisé depuis quelque temps à Abidjan. Une très grosse perte pour le football ivoirien, autant qu’africain, dont il incarnait une certaine idée, grâce à un style fait de puissance, de vitesse et d’efficacité.
Révélé à l’ASEC d’Abidjan au milieu des années 1960 après avoir été révélé à l’USFRAN de Bouaké, l’enfant de Treichville a intégré l’équipe nationale de Côte d’Ivoire sous la houlette du sélectionneur français Paul Gévaudan à l’âge de dix-neuf ans. En 1968 puis 1970, il termine la Coupe d’Afrique des nations en qualité de meilleur buteur (6 puis 8 réalisations) et décroche la 3e place du tournoi continental. Ce total cumulé (14 buts) fera de lui le meilleur buteur de l’histoire jusqu’en 2008, année qui verra Samuel Eto’o le dépasser.
Laurent Pokou, tout sourire, en mars 1984. (Montgermont/L’Equipe)
Véritable vedette dans son pays et sur le continent africain, à l’image de son contemporain malien Salif Keita, il s’expatrie fin 1973 en Bretagne où il ne tarde pas à devenir une idole du côté du Stade rennais. Après un crochet par l’AS Nancy, il termine sa carrière européenne à Rennes de façon abrupte. Condamné à deux ans, sanction ramenée à six mois fermes de suspension, pour une agression sur un arbitre, il rentre au pays, à l’ASEC, qui a racheté son contrat. Il met fin à sa carrière en sélection à l’issue de la CAN 1980 au Nigeria, à trente-trois ans. Il terminera sa carrière au Rio d’Anyama, en D1 ivoirienne, trois ans plus tard, avant de se reconvertir comme technicien. Il fera une brève carrière sur le banc, et termine adjoint du belge Philippe Garot en 1989 à l’ASEC.
Source:France Football
DMCHANNEL

Paul Manaport: directeur de campagne de Trump, a conseillé Mobutu, Siad Barre… Par Mufoncol Tshiyoyo

Qui est Paul Manafort ?

Paul Manafort, directeur de campagne de Trump, a conseillé Mobutu au Zaïre, Siad Barre en Somalie, […] Savimbi en Angola.

Nous sommes les seuls peuples au monde, je veux dire notre peuple et nos élites, instruites ou formées sur le tas, qui n’ont pas encore saisi que ce monde est impitoyable et que rien ne nous sera donné sur un plateau d’argent.

Dans un article signé Amaury Hauchard, qui a été diffusé sur le site du journal LE MONDE Le 10.08.2016 à 18h07 et mis à jour le 11.08.2016 à 18h30, son auteur écrivait déjà ce suit au sujet de Paul Manafort :

« […] Aux Etats-Unis, Paul Manafort s’est illustré auprès des présidents Gerald Ford (1974-1977), Ronald Reagan (1981-1989) et George H. W. Bush (1989-1993) lors de leur accession à la Maison Blanche. Plus de trente ans après, il réapparaît dans la vie politique américaine, aux côtés cette fois-ci du candidat républicain Donald Trump
[…] La même année, en 1989, le président du Zaïre, Mobutu Sese Keko, entend parler des relations de Paul Manafort et de sa firme. Il signe en juillet un contrat avec BMS & K, également pour 1 million de dollars annuels. A l’occasion d’une visite aux Etats-Unis, le président zaïrois balaie dans le New York Times les accusations d’atteintes aux droits de l’homme, se réfugiant derrière ses relations au Capitole : « Je suis ici pour voir 200 membres du Congrès – j’ai un bon dossier ».

Mobutu, dictateur en son pays, peut se permettre de pavaner en toute impunité à Washington, toque léopard sur la tête et son éternelle canne en main : les relations qu’entretient Paul Manafort et sa firme avec l’intelligentsia de Washington lui assurent de confortables revenus. Lorsqu’une quarantaine de députés démocrates s’offusquent du montant que les Etats-Unis allouent au Zaïre (3 millions de dollars d’aide militaire et 60 millions d’aide économique en 1990), le président zaïrois crie à l’ingérence, et balaie une seconde fois toute critique.

« C’est comme ça que les choses marchaient, et rien de tout ça n’était caché », continue Peggy McCormack. En 1989, George Bush est élu, et son premier invité à la Maison Blanche est Mobutu Sese Keko. Bush salue « l’un des plus vieux alliés des Etats-Unis », « l’un des hommes d’état africains les plus expérimentés », et déclare à la presse que « les Etats-Unis continueront d’aider l’effort » zaïrois.

Facilitateur pour l’UNITA angolaise

Pour les Etats-Unis, le Zaïre est un moyen de soutenir la rébellion angolaise voisine, en y faisant transiter des armes. Depuis 1975, une guerre civile oppose le Mouvement populaire de libération de l’Angola (MPLA), le parti au pouvoir, à l’Union nationale pour l’indépendance totale de l’Angola (UNITA), le groupe rebelle de Jonas Savimbi. Encore une fois, c’est le cabinet Black, Manafort, Kelly & Stone qui devient porte-voix de Jonas Savimbi à Washington.

Le rapport « The Torturers’Lobby : How Human Rights-Abusing Nations Are Represented in Washington », publié en 1993 par le Center for Public Integrity, conglomérat de journalistes américains d’investigation, détaille le contrat signé en 1985 entre l’UNITA de Jonas Savimbi et la firme de Paul Manafort. Pour 600 000 dollars annuels, BMS & K s’engage à « participer au développement d’une stratégie pour attirer l’aide étrangère, travailler à l’augmentation de la couverture médiatique favorable à UNITA et dérivés dans les médias des Etats-Unis, et empêcher toute mauvaise presse dans le domaine du possible ».

« Manafort était un facilitateur pour l’UNITA, il était le moyen pour Jonas Savimbi de venir à Washington et rencontrer les acteurs clés de l’administration américaine de l’époque, explique, au téléphone depuis San Fransisco, George Wright, historien et spécialiste de l’Angola. C’est grâce à l’influence de gens comme Manafort que Ronald Reagan a appelé les rebelles de l’UNITA les « freedom fighters », les combattants de la liberté
[…] »

Amaury Hauchard ,  » En Afrique, les liaisons dangereuses de Paul Manafort, directeur de campagne de Trump », LE MONDE Le 10.08.2016 à 18h07,

Publié par DMChannel

États-Unis: manifestations anti-Trump à travers le pays

Le milliardaire, magnat de l’immobilier, ancienne star de télé-réalité  Donald Trump a remporté l’élection présidentielle américaine, un séisme politique qui plonge les Etats-Unis et le monde dans une incertitude vertigineuse, certaines manifestations s’organisent déjà à traverepousser le pays.

Au lendemain de l’élection de Donald Trump, des manifestations anti-Trump sont organisées à travers les Etats-Unis . A New-York ,  sur Union Square ou encore en Californie à Berkeley, des lycéens et étudiants  se sont organisés et rassemblés sur le campus de l’université pour protester contre la victoire de Donald Trump, l’élu Républicain. Répondant à l’organisation de sans – papiers ou de manière spontanée ,  quelques milliers de jeunes ont crié leur colère sur le campus.

Sources: AFP

DMChannel

Le cynisme de l’occident anglo-saxon et son respect vis-à-vis de ceux qui lui tiennent la tête : écrit par Mufoncol Tshiyoyo

Par Mufoncol TSHIYOYO

Avec une tête bien couverte en Hijab, on pourrait dire en signe de respect à la culture et tradition arabe (de manière génère), et pourtant il s’agit de la même culture que l’Occident ne cesse de pourfendre chaque jour qui passe, voici la responsable de la diplomatie de l’Union européenne, Madame Federica Mogherini en visite chez le président iranien, Hassan Rohani, ce 29 octobre 2016 à Téhéran. Et au menu de son déplacement, la reconstruction de la Syrie par l’Occident qui l’a en effet détruite. Oui, et à propos, les thuriféraires de l’Occident répèteront leur rengaine habituelle : « cela a toujours été ainsi ». Heureusement que nous ne sommes pas faits de cette étoffe et cette musique ne nous est pas étrangère.
Cependant, pour nous autres, nous avons vu l’Occident faire la queue. Et où ? Bien sûr en Iran ? Mais qui ou quoi était encore l’Iran jusque-là…, si nous devrions tous nous référer au matraquage de la propagande anglo-saxonne ? Un pays moins fréquentable et où habiteraient les Ayatollah… Oui, c’est vrai mais l’Iran, la Syrie, les Ayatollah, le fils d’Assad ont résisté et ont vaincu comme Hô Chî Minh hier au Vietnam.
Chers Congolaises et Congolais, vous avez là, sous vos regards, « hébétés » pour certains, la leçon que vous enseignent l’histoire, la Syrie, l’Iran, le Liban, qui vient à peine d’élire un président pro- iranien, le Hezbollah et la Russie de Poutine. Quand nous savons que chez vous, ceux qui prétendent être votre leadership prônent et vous exhortent à la soumission, à l’esclavage. Basta…« Descendez encore et toujours vos culottes pour que vos derrières soient visibles », ils ne cessent de vous le répéter ceux qui vous fatiguent de constitution, de mandat, de gouvernement , de parlement, de sénat, de poste de premier ministre, d’élections alors que dans votre for intérieur vous revendiquez votre droit à l’existence et au respect comme peuple.

Hô Chi Minh a écrit une fois : «Le prix de l’homme baisse quand il n’a plus l’usage de sa liberté. »

Il s’agit de votre terre, de la terre de nos aïeux. Eza likambo ya mabele…Nous vous disons : « Il faut inventer la lutte », vous qui attendez que les autres la fassent à votre place…

Mufoncol Tshiyoyo

ANALYSE : ÉDITION DU 22 AU 24 OCTOBRE 2016 www.mayizo.com

– Après la signature des accords issus du dialogue de la Cité de l’ OUA, les ambiguïtés de la Communauté Internationale.
= La guerre de l’ AFDL contre Mobutu
= Les difficultés de Kabila face à Tshisekedi
= L’ opposition molle de la Cité de l’ OUA contre l’ opposition de Rassemblement
DIVERS
======
– Dossier BIAC ( Banque Internationale Africaine au Congo à Paris
– Sur la toile, Kalev Mutond serait agressé
COMMUNIQUÉS:
===============
– La sortie du livre de Patrick MBEKO: OBJECTIF KADHAFI
– 5 NOV , Conférence à CAEN en France : Association Congolaise
– 19 NOV, Conférence en Allemagne
AUDITEURS DU JOUR
==================
– Bonaventure OTSHUDI : Toronto
– Papou MBIMBA: France

L’Afrique du Sud annonce son retrait de la CPI

L’Afrique du Sud a mis sa menace à l’exécution en annonçant vendredi 21 octobre son retrait de la Cour Pénale Internationale (CPI) un an reste la polémique causée par son refus d’arrêter le président soudanais Omar El-Bêcher,  un camouflet pour la justice internationale.

L’Afrique du Sud annonce son retrait de la CPI. Une décision prise sur la polémique sur le refus de Pretoria d’arrêter le président Soudanais El-Bêcher.

Une demande de retrait du Statut de Rome de la Cour Pénale Internationale a été envoyée au secrétaire général de l’ONU en accord avec l’article 127.1 du Statut de Rome de la CPI. Le retrait prendra effet un an après la date de réception par le secrétaire général de la notification.

« L’Afrique est dans un processus de renforcement des droits de l’homme via ses propres institutions et outils dont l’Afrique du Sud fait partie et sous la houlette de l’UA. L’Afrique du sud s’est engagé à continuer à travailler étroitement avec d’autres pays au niveau de l’UA pour faire en sorte que l’Afrique du Sud continue d’être un phare dans la promotion des droits de l’homme ici et ailleurs dans le monde » a déclaré Michel Masutha,  ministre de la justice .

En juin 2015, Omar El-Béshir,  en visite à Johannesburg,  était inculpé par la Cour Pénale internationale de crimes contre l’humanité,  crimes de guerre et génocide dans le conflit de Darfour. Alors que El-Béchir faisant objet d’un mandat d’arrêt,  ne devait pas quitter le territoire sud-africain,le président sud-africain, Jacob Zuma était passé outre là décision de justice,  et laissant Omar El-Béchir reprendre son avion pour pays.

Vidéo pour comprendre la Cour Pénale Internationale.

 

DMCHANNEL

Siurce:AFP

 

Espagne: Lina Alvarez, maman à 62 ans

Lina Alvarez a présenté son nouveau bébé aux journalistes rassemblés devant l’hôpital de la ville de Lugo dans le nord-est de l’espagne.

La naissance de la petite fille a intrigué les médias en raison de k’âgé de la mère, 62 ans. Espagnole d’origine, medecin de profession, menopausée depuis 20 ans, Lina Alvarez a pu devenir mère pour la troisième fois de sa vie grâce à la pocréation médicalement assistée. .

Bien consciente de sa grande différence d’âge avec sa fille, Lina Alvarez ne s’inquiète pas. A cause de son âge, la soixantenaire a eu du mal à trouver un médecin acceptant de procéder à la PMA. Comblée par la naissance de sa fille, Lina Alvarez souhaite donner de l’espoir aux femmes qui, comme elle, ne veulent devenir tardivement.

RDC: bras de fer entre le gouvernement et l’opposition sur les événements des 19, 20 septembre

Le gouvernement de la RDCongo a présenté le livre blanc réalisé sur les événements des 19, 20 septembre derniers, au cours desquels plusieurs personnes avaient trouvé la mort.

La responsabilité de dérapage de septembre incombe à l’opposition selon le gouvernement de la République Démocratique du Congo; le livre blanc qu’il vient de publier pointe du doigt les organisateurs de la manifestation pour leur responsabilité lors des événements des 19, 20 septembre 2016. Deux jours durant, la capitale Kinshasa avait été le théâtre de pillages et d’affrontements meurtriers entre forces de l’ordre et jeunes manifestants réclamant le départ de Joseph Kabila.

 » Ces actes d’une extrême violence ont démontré à la face du monde que les organisateurs voulaient détourner l’attention des autorités congolaises afin d’accomplir sans entrave l’acte criminel prémédité, programmé d’avance et minutieusement exécuté.  Grâce à la vigilance de la population de la ville de Kinshasa et à son rejet de la violence comme accès au pouvoir. Ce mouvement insurrectionnel a échoué.  Le livre blanc que nous mettons à votre disposition  (…) donne le détail sur le bilan de ces actes d’une extrême sauvagerie. Les enquêtes se poursuivent au niveau de la police et de tels actes ne peuvent rester impunis.  » a déclaré Evariste Boshab, vice-premier ministre de l’interieur

Des propos qui révoltent l’opposition RDCongo et celle -ci accuse à son tour le gouvernement RDCongolais.   » L’opposition politique à travers le rassemblement a respecté les prescrits de la constitution, en informant l’autorité de la ville d’une organisation d’une marche pacifique, car la CENI n’a pas respecté les prescrits de la constitution. On avait demandé d’aller déposer un memo à la CENI, l’autorité de la ville avait donné son accord à l’opposition de faire une marche et de tenir même un meeting. En accord avec les organisateurs de la marche, l’opposition avait respecté le même itineraire qui avait été arrêté et autorisé par l’hôtel de ville. Le même jour de la marche, le gouvernement prend la décision d’annuler la marche. On a compris que le gouvernement RDCongo avait  prémédité de déstabiliser le processus démocratique dans notre pays » a réagit Jean Martin Mukonkole,  secrétaire général de l’UDA.

La question de la date des élections reste en suspect et reste du ressort de la Commission Électorale Indépendante,  commission qui a évoqué le report du scrutin présidentiel ,initialement prévu pour décembre 2016, mais qui est reporté en novembre 2018

L’opposition maintient la pression et des nouveaux rassemblements le 19 octobre pour exiger le départ de Joseph Kabila.

 

DMChannel

 

 

Gérald Mulumba libéré

Gérald Mulumba Nkongolo alias GECOCO était arrêté le 01 août 2016 à l’aéroport de N’djili alors qu’il’s’apprenait à prendre un avion à destination de Paris. Il était accusé par les services migratoires congolais d’avoir tenté de faciliter la sortie irrégulière d’une passagère, porteuse d’un passeport britannique appartenant à autrui. Il était également accusé d’avoir essayé de corrompre des agents de la Direction Générale de Migrations avec une somme de 200 €, en leur demandant de fermer les yeux sur ce cas

Gérald Mulumba est désormais libre, depuis mardi 11 octobre, il a quitté son lieu de détention.

DMChannel

Des ambassadeurs rendent visite à Etienne Tshisekedi

Des représentants des Nations-Unies, des États-Unis, de l’Union Africaine, de la France, de la Belgique, du Canada, de l’Allemagne ont rendu visite à Etienne Tshisekedi, le lundi 10 octobre et mardi 11 octobre 2016. Les visites ont été organisées à Limete dans le but de trouver une issue à la crise politique que la RDCongo traverse en ce moment. La situation politique en RDC reste tres tendue et préoccupante ; depuis les événements du 19 et 20 septembre, les Etats-Unis,  la France, la Belgique….surveillent à la loupe tout ce qui se passe dans ce pays. Selon Washington, Londres, Paris, Bruxelles…., la solution de la crise congolaise ne peut qu’ inclure le leader de l’opposition, Etienne Tshisekedi.

Le président de l’UDPS qui conduit le Rassemblement de l’opposition avait fait connaître au facilitateur du dialogue congolais son refus de participation aux pourparlers dont il qualifiait d’un dialogue non inclusif et partiel.

DMChannel