Accueil / Feelgood / Santé

Santé

Hausse des cas de choléra en RDC

Selon l’ONU, le choléra est devenu un problème de santé publique majeur en RDC avec des milliers de cas enregistrés dans de nombreuses provinces.

L’épidémie de choléra prend des proportions de plus en plus inquiétantes en République Démocratique du Congo, les 20 provinces sur les 26 sont infectées.

A la date du 11 septembre, le bilan est de26.120 cas suspects et 545 décès, ce qui représente une hausse de 30% des cas par rapport à la même période l’année dernière.

Pour éradiquer cette épidémie, il faut une campagne sur l’hygiène, et la responsabilité revient au gouvernement congolais de mettre en place des moyens nécessaires pour venir en aide aux 20 provinces touchées.

DMCHANNEL

Source AFP

 

Diabète cause de mortalité dans le monde, surtout en Afrique

Le diabète est une maladie chronique qui ne guérit pas, mais que l’on peut traiter et contrôler. Il est une maladie qui est en pleine progression, touche une personne sur quatre aux États-Unis et une personne sur six en Europe. Le diabète a des conséquences dramatiques pour la santé, donc il est nécessaire d’agir pour le traiter, et aussi pour les prévenir.

Dans le souci d’apporter une aide à certaines personnes souffrant de cette maladie, il m’est venu l’idée d’utiliser mon savoir pour aborder ce sujet. Souvent, on se concentre sur différents sujets: politique , économique,  sport….mais on fait souvent abstraction à celui qui determine notre bien-être: c’est la santé. Je propose juste un petit aperçu de cette maladie, tout en allant directement à l’essentiel.

Le diabète est une maladie qui se caractérise par la difficulté à maintenir le taux de sucre dans le sang à un niveau normal. Au quotidien, la mauvaise gestion du traitement médical, de l’alimentation, de l’activité physique ou la survenue d’autre maladie peuvent entraîner une perturbation du taux du sucre, une baisse ou une augmentation du taux du sucre dans le sang peuvent-être responsables des troubles qui peuvent aller jusqu’au coma.

Le diabétique est en hypoglycémie, quand le taux de sucre dans le sang est en dessous 0,5gr/litre. L’hypoglycémie se manifeste par des malaises, vertiges, sueurs, mal de tête, tremblements, faim très importante, trouble de la vision, fatigué,  trouble du comportement, énervement…

Il est impératif de manger du sucre immédiatement, soit 1 verre de boisson sucrée, soit 3 cuillères à café de sucre en poudre ou 3 carreaux de sucre dissoute dans un verre d’eau, 2 cuillères à soupe de miel ou de confiture.

Il est recommandé à la personne diabétique d’avoir toujours du sucre sur elle, le plus pratique est de garder en permanence un sachet contenant 3 carreaux ou 3 cuillères à café du sucre. Après cette première prise de sucre, prenez un repas à base de féculents: riz, pain….empêche l’hypoglycémie de revenir de nouveau. Si vous ne mangez pas de sucre, vous risquez la perte de connaissance appelé :Coma hypoglycémie.

Le traitement d’une personne qui a perdu connaissance doit se faire à l’hôpital.  Il’existe des moyens pour les diabétiques d’éviter les hypoglycemies,  ne jamais arrêter votre traitement et respecter les doses prescrites par le médecin.

En cas des prescriptions pour d’autres maladies que le diabète,  rappeler au médecin qui vous soigne que vous êtes diabétique.

On parle de l’hyperglycémie chez l’adulte quand le taux du sucre dans le sang est au dessus d’1,80 gr/litre à jeun. Elle se manifeste par une exagération des signes de diabète soient intenses: urine fréquente et abondante, fatigue intense, il ne suffit pas de modifier votre régime alimentaire.  Il est imperatif de consulter dans le délai votre médecin référent diabètique qui cherchera avec vous les causes de cette hyperglycémie et adaptera votre traitement en conséquence.

Il existe des moyens pour le diabétique d’éviter les hyperglycémies. Il est recommandé de pratiquer une activité physique adaptée. Ne jamais arrêter votre traitement quelles que soient les circonstances. Consulter votre médecin en cas de fièvre, aux de tête et vomissements.

Quand le taux de sucre dans le sang reste élevé sur une longue période, cela entraîne une détérioration des vaisseaux sanguins, responsables des dégâts importants à plusieurs niveaux de l’organisme. Ce sont des troubles de la vision pouvant aller jusqu’a la perte totale de la vue; des troubles de nerfs entraînant des douleurs au niveau des membres, des troubles des vaisseaux sanguins responsables de plaies qui ne guérissent pas pouvant aller jusqu’à l’emputation, de l’hypertension arterielle favorisant les hémorragies cérébrales,  elles-mêmes responsables des paralysies, des maladies du coeur pouvant aller à l’arrêt cardiaque, des maladies rénales pouvant aller jusqu’à  la nécessité d’une dialyse à vie.

Le respect de votre traitement prescrit par votre médecin par un médecin référent diabète,  une alimentation adaptée et une activité physique régulière permettent d’éviter ces complications.

Consulter votre médecin et respecter les prescriptions médicales.

DMChannel

 

 

DEPAKINE: ce medicament de Sanofi qui nuit aux foetus

Ce médicament est déconseillé aux femmes enceintes en raison de malformation congénitale et de troubles du développement qu’il fait peser sur le foetus. La Déparine est un anti-épileptique, commercialisé depuis 1967 par la firme pharmaceutique Sanofi, le médicament a perdu son brevet en 1998. On retrouve ce médicament partout car son principe actif est disponible sous forme générique. 23 autres molécules sont entre les mains des spécialistes pour le traitement de l’épilepsie.

Les chiffres révélés par Le canard enchaîné, mercredi 10 août, sur le nombre de femmes qui ont consommé de la Dépakine pendant leur grossesse ont eu de vertige. Selon l’hebdomadaire satirique,  qui s’appuie sur une étude menée par l’Agence nationale de sécurité du médicament  ( ANSM ) et la Caisse nationale d’assurance-maladie (CNAMTS ), près de 10 000 femmes enceintes ont pris du valpoate de sodium entre 2007 et 2014.

Les risques liés à la prise de ce médicament par les femmes enceintes sont connus depuis des années. Les malformations congénitales ont commencé à être détectées dans les années 1980, alors que la commercialisation de ce médicament remonte depuis 1968. L’impact sur le développement du foetus a été repéré plus tardivement vers les années 2000.

« Retirer la Dépakinedu marché serait une catastrophe »

Après ces révélations accablantes, Jean-Daniel Flaysakier, médecin et journaliste francais est sur le plateau de France 2. Est-Il semblable au s annale du médiator?  «  Absolument pas » , répond le médecin.   » Le médiator était un médicament dont on se demandait à quoi il servait alors que la depakine est un médicament essentiel dans la prise en charge de l’épilepsie.  C’est un médicament utile mais mal utilisé  » porsuit-il

Les solutions selon Jean-Daniel Flaysakier : accompagner les malades

Depuis quelques années, on sait que la Dépakine provoque des malformations :  » La prise de la dépakine pendant la grossesse multiplie par trois le risque de malformations », ajoute le médecin.  Que faire alors?  » Retirer la dépakine du marché serait une catastrophe, on continue à donner ce médicament aux femmes enceintes quand tous les autres médicaments ont echoué ». Selon le médecin, il faut surtout mieux encadrer sa prescription et mieux accompagner les personnes qui en prennent.

Source: France2,  Le monde